Aller au contenu

pageProperties.bannerAltText

Perspectives du deuxième trimestre – Reconfiguration du « grand échiquier » et intensification des risques de stagflation

L’équipe des placements de Fidelity International présente les trois thèmes qui domineront au deuxième trimestre, alors que l’ordre mondial est redéfini et que les risques de stagflation s’intensifient.

Faits saillants

  • L’échéancier de la guerre en Ukraine influencera les résultats économiques
  • Le retour de la règle Volcker
  • Les conditions favorisent une performance supérieure de la Chine, mais pas comme en 2008
  • Les principaux thèmes et leurs conséquences pour les placements par catégorie d’actifs

Rédigé par Andrew McCaffery, chef mondial des placements, Gestion d’actifs
Publié initialement en avril 2022

 

La guerre russo-ukrainienne risque de redéfinir considérablement l’ordre mondial (ou le « grand échiquier »1), tant sur les plans économique que géopolitique. À court terme, les chocs commerciaux et financiers provoqués par le conflit et les sanctions qui en découlent exacerbent les pressions inflationnistes mondiales. 

En même temps, les répercussions sur la croissance et la confiance globale risquent d’être importantes, quoique leur ampleur et leur durée restent incertaines. En Europe où le risque est le plus grand, une récession au mieux modeste est très probable. Quant aux États-Unis, qui sont relativement épargnés pour l’instant, ils ne sont pas non plus à l’abri, et on redoute notamment les conséquences inflationnistes de la guerre. 

Déjà, les liens d’interdépendance en matière d’énergie et de ressources ont commencé à changer dans ce qui s’annonce comme une reconfiguration mondiale étalée sur plusieurs années, qui aura des conséquences sur de nombreuses catégories d’actifs. 

L’équipe des placements de Fidelity International s’attend à ce que trois grands thèmes dominent au cours du présent trimestre.

(en anglais seulement)

 

1. L’échéancier de la guerre en Ukraine influencera les résultats économiques.

La guerre a déjà causé d’importants dommages économiques et elle continuera de dicter les perspectives à court terme des économies mondiales, en particulier en Europe. Les résultats du prochain trimestre dépendront largement de l’échéancier vers une résolution du conflit et de l’apaisement des perturbations commerciales. 

Entre-temps, tout espoir de relâchement des tensions sur les prix et sur la chaîne d’approvisionnement est exclu. L’équipe des placements de Fidelity International estime que cette convergence d’éléments va continuer de freiner la croissance et d’exercer des pressions à la hausse sur une inflation déjà élevée.

Voilà qui dépeint une situation extrêmement complexe, aussi bien pour les décideurs que pour les marchés. L’équipe des placements de Fidelity International estime que le marché ne reflète pas encore pleinement toutes les possibilités, incluant les risques extrêmes à droite et à gauche de la distribution. Elle recommande de privilégier l’agilité et une couverture lorsque c’est approprié.

2. Le retour de la règle Volcke

Un deuxième grand thème sur les marchés pour le prochain trimestre et la prochaine année est la difficulté pour les banques centrales d’endiguer l’inflation dans le nouveau contexte géopolitique et économique. Les trois principales banques des marchés développés ont durci le ton. Aux États-Unis, la Réserve fédérale (la Fed) a repris les arguments de son ancien président, Paul Volcker, qui avait réussi à mater l’inflation dans les années 1980, et elle a commencé à relever les taux à la réunion du FOMC de mars 2022. Même si l’équipe des placements de Fidelity International s’attend à ce que la Fed devance les hausses de taux et à ce que la Banque centrale européenne reste intraitable, elle pense que le choc de croissance provoqué par la guerre et la nécessité de maintenir des taux réels négatifs favoriseront un retour à des politiques plus conciliantes d’ici le milieu de l’année. 

Ces conditions laissent présager d’un trimestre difficile pour les actifs à risque des marchés développés. L’équipe des placements de Fidelity International recommande de se positionner en fonction d’une probabilité élevée de stagflation dans les marchés développés et d’une récession comme scénario de base en Europe. À ce stade-ci, la prudence est de mise pour tout placement dans des actifs à risque.

3. Les conditions favorisent une performance supérieure de la Chine, mais pas comme en 2008

La Chine pourrait offrir une source de diversification utile. La région est plus éloignée du conflit sur les plans géographique et économique, sa marge de manœuvre monétaire et de relance budgétaire est plus grande et ses valorisations de départ sont plus attrayantes. 

En même temps, une grande incertitude subsiste. La politique chinoise est orientée vers le désendettement, la réforme du secteur immobilier et une croissance durable. À cet égard, ses perspectives semblent actuellement moins évidentes qu’en 2008 lors de la crise financière mondiale. L’équipe des placements de Fidelity International ne s’attend pas à ce que la relance budgétaire de la Chine permette encore une fois à l’économie mondiale de dévier de sa trajectoire stagflationniste.

Les principaux thèmes et leurs conséquences pour les placements par catégorie d’actifs

Solutions et placements multiactifs

Étant donné l’incertitude entourant la croissance mondiale à court terme, l’équipe des placements de Fidelity International sous-pondère actuellement les titres de créance et les actions par rapport à l’indice de référence. Elle se montre particulièrement prudente face aux actions européennes et à l’euro, compte tenu du risque de récession en Europe.

L’équipe des placements de Fidelity International est plus optimiste pour les actions des marchés boursiers émergents, incluant la Chine, les actions de l’Asie-Pacifique, excluant le Japon, ainsi que certains titres à revenu fixe des marchés émergents, en raison de leur potentiel de diversification et du soutien qui pourrait être offert aux exportateurs de marchandises. Enfin, l’équipe des placements de Fidelity International établit des positions acheteurs en dollars américains. Elle s’attend à ce que les écarts de taux d’intérêt soutiennent le dollar, alors que la Fed demeure centrée sur l’inflation, et les caractéristiques défensives de ce positionnement devraient offrir une protection advenant une détérioration des conditions.

Actions

Compte tenu de l’augmentation des risques géopolitiques et stagflationnistes, l’équipe des placements de Fidelity International est d’avis que la meilleure approche consiste à favoriser les sociétés de qualité supérieure plutôt qu’à miser sur des secteurs précis. Les sociétés qui profitent d’un pouvoir de fixation des prix et qui sont capables de protéger leurs marges devraient obtenir des résultats relativement robustes dans ces conditions. Les actions devraient continuer d’être une source importante de revenus maintenant que le pire de la pandémie est derrière nous et que les bilans ont été assainis. 

L’équipe des placements de Fidelity International fait preuve de prudence en Europe en raison du risque de récession, mais elle perçoit un potentiel de diversification dans certains marchés émergents, en particulier dans les secteurs qui profitent de la flambée des prix des marchandises. Certains segments de l’économie chinoise paraissent bon marché, cependant la volatilité est très élevée et les risques extrêmes ont augmenté.

Titres à revenu fixe

La stagflation est un problème, mais selon l’équipe des placements de Fidelity International, certains segments du marché des titres à revenu fixe seront mieux protégés contre la hausse des taux et le ralentissement de la croissance. Les obligations indexées sur l’inflation continuent d’afficher une assez bonne tenue, tablant sur une accentuation des anticipations inflationnistes, et l’équipe est également optimiste pour les obligations de qualité de la zone euro en raison de leurs caractéristiques défensives et de leurs valorisations améliorées. 

Les investisseurs dans les titres à revenu fixe ne devraient pas craindre la duration. La hausse des taux nominaux sera probablement limitée par les contraintes de refinancement de la dette, les interventions des banques centrales et la demande de valeurs refuges. Estimant que des hausses de taux par la Banque centrale européenne (BCE) en 2022 sont peu probables (même si la BCE est restée intraitable en mars), Fidelity International perçoit une valeur dans la duration des titres européens de base. Elle est plus prudente à l’égard de la Chine. Le marché immobilier demeure en effet préoccupant, et l’équipe des placements de s’attend à ce que la volatilité persiste.

Marchés privés

Les conséquences directes de la guerre sur les portefeuilles de Fidelity International ont été limitées jusqu’ici, la résilience des marchés témoignant du nombre limité de mouvements drastiques des cours. Néanmoins, les perturbations étendues et souvent indirectes de la chaîne d’approvisionnement causées par la guerre justifient une gestion active et une sélection des titres de créance prudentes. 

Les titres de créance privés peuvent offrir une protection efficace contre l’inflation grâce aux coupons à taux variable. En plus de leur rang prioritaire dans la structure de capital, ils offrent des revenus élevés et une faible volatilité. 

L’équipe des placements de Fidelity International privilégie en ce moment les sociétés capables de résister à des pressions accrues sur leurs flux de trésorerie et leurs marges.

Immobilier

Le principal risque pour les biens immobiliers en ce moment est le ralentissement de la croissance économique. L’équipe estime que comme les marchés ont pris du temps à réagir à la crise, la prudence est de mise. Elle surveille toute augmentation du risque du bassin actuel de locataires et scrute à la loupe les nouveaux locataires.

La stagflation est aussi une préoccupation. Les biens immobiliers s’accommodent habituellement assez bien des courtes périodes d’inflation, mais sont plus vulnérables durant les périodes de stagflation prolongées. Quoi qu’il en soit, l’équipe des placements de Fidelity International continue de miser sur les thèmes macroéconomiques à long terme – établissements de santé, immeubles résidentiels et centres de données – tandis que les baux indexés sur l’inflation offrent une forme de protection contre l’inflation.

Conclusion

Dans l’ensemble, les risques de stagflation se sont accentués en raison de la guerre en Ukraine qui a perturbé la croissance mondiale, en particulier en Europe, et de ses répercussions qui dépendent des étapes et de l’échéancier vers une résolution du conflit. Le conflit a également exacerbé les pressions inflationnistes, ce qui vient encore compliquer les choses pour les décideurs. L’équipe des placements de Fidelity International a réduit le risque depuis le début de 2022 en se concentrant sur les régions, les secteurs et les catégories d’actifs qui offrent une protection et un revenu dans une conjoncture hautement incertaine marquée par un ralentissement de la croissance et une accélération de l’inflation.

Contacter votre équipe

Content is loading, please wait