Aller au contenu

ESGénie – L’étiquette « Fait en Chine » verdit

La consommation de produits durables en Chine reste faible, mais les exportateurs chinois tirent parti de la demande mondiale à l’égard de produits écologiques provenant des consommateurs et des entreprises.

Par Victoria Mio, directrice principale, Actions asiatiques, Ben Li, Theresa Zhou et Yuanlin Lang, analystes en placements et Yi Hu, rédacteur en placements

Article paru initialement en décembre 2021

 

Jusqu’à quel point les exportations de la Chine sont-elles écologiques? De nombreuses catégories d’exportations allant de l’acier aux vêtements et aux jouets, dans lesquelles l’étiquette « Fait en Chine » a dominé le marché mondial auparavant, avaient généralement une empreinte écologique démesurée. Aujourd’hui, l’usine du monde ambitionne d’investir un nouveau créneau, car les usines de Chine cherchent à mettre à profit la hausse de la demande dans un segment plus respectueux de l’environnement du secteur de la consommation partout dans le monde.

La Chine a été le premier pays à subir la première vague de la pandémie de COVID-19 et le premier à en émerger; elle a eu tôt fait d’endiguer les vagues subséquentes de sorte qu’elle a bénéficié du réacheminement des commandes passées aux autres pays en développement où les confinements causés par la crise sanitaire avaient paralysé la production des usines. 

Par conséquent, les exportations se sont de plus en plus imposées en tant que catalyseurs clés de la croissance économique de la Chine depuis deux ans, d’autant plus que les investissements et la demande intérieure des consommateurs ont faibli dans le sillage de la pandémie. L’apport à la croissance du PIB chinois des exportations nettes a culminé à 28 % l’an dernier avant de se replier à 19,5 % au cours des trois premiers trimestres de 2021, ce qui n’en est pas moins le deuxième niveau en importance en 12 ans au moins. 

 

Titre : Exportations nettes en proportion de la croissance du PIB de la Chine

Sources : Bureau national de la statistique de Chine, Bloomberg, Fidelity International, déc. 2021. Les données de 2021 incluent les trois premiers trimestres.

Virage Vert

Cette vaste relance des exportations survient à un moment où la stratégie générale des autorités chinoises, centrée sur une croissance plus durable, freine les exportations de quelques-uns des produits industriels et des technologies les plus polluants.

Ainsi, la Chine a augmenté deux fois les droits de douane imposés sur certains produits en acier cette année. Le tarif applicable à l’exportation du ferrosilicium a doublé pour atteindre 40 % en l’espace de quelques mois. En août, le gouvernement a également aboli les remises de droits sur l’exportation de produits comme la poudre d’alliage d’acier et les cuvettes en acier. Les exportations mensuelles d’acier ont par conséquent diminué pendant cinq mois consécutifs jusqu’en novembre, touchant le creux le plus bas depuis la fin de 2020.

Par ailleurs, le président Xi Jinping s’est engagé à l’occasion d’une assemblée des Nations Unies en septembre à mettre fin à la construction de nouvelles centrales électriques au charbon à l’étranger. Faisant écho à son message, quelques-unes des principales banques chinoises ont établi des feuilles de route pour cesser de financer des projets houillers à l’étranger.

Comme certaines des exportations chinoises les plus polluantes sont maintenant dans la mire de la Chine, une nouvelle génération de fabricants chinois fait preuve d’agilité et mise sur l’explosion de la demande mondiale de produits écologiques. Bien que la demande intérieure de produits de consommation durables en soit à ses balbutiements, ces fabricants affirment leur compétitivité sur les marchés d’exportation mondiaux de produits allant des moteurs de vélos électriques aux imprimantes numériques et au gazon synthétique recyclable. Voici un aperçu de quelques-unes des exportations chinoises en émergence.

Vélos électriques

Les personnes qui se déplacent en vélo électrique peuvent réduire considérablement leur empreinte écologique en optant pour ce mode de transport plutôt que pour un véhicule à essence. En contexte de pandémie, le vélo électrique offre une solution de rechange écologique et efficace au transport public. Les ventes de vélos électriques en Europe, qui est le plus grand marché pour les vélos électriques à l’échelle mondiale, devraient augmenter de plus de 10 % au cours des prochaines années. Elles s’établissent actuellement à quelque cinq millions de vélos par an. 

Les producteurs chinois de moteurs roue à engrenages pour vélos électriques, tels que Bafang Electric, Ananda Drive Techniques, Shengyi Motor et Suzhou Tongsheng, misent sur la culture du vélo en Europe qui, alliée à la réglementation de l’Union européenne et au soutien infrastructurel, propulse l’adoption de ce mode de transport. Ces fabricants doivent respecter les normes strictes de la Commission européenne en matière d’emballage, de traitement des déchets et de sécurité des produits. Ces conditions aident non seulement ces entreprises à se tailler une part de marché substantielle en Europe, mais aussi à rendre leurs produits prêts à l’emploi sur d’autres marchés potentiels.

Encre numérique

Les procédés traditionnels d’impression et de teinture consomment des ressources élevées et sont généralement toxiques. Ils nécessitent en général des plaques, un apport d’eau abondant et l’utilisation d’encre à base d’huile et comportent plusieurs étapes. En revanche, l’impression numérique utilise deux fois moins d’énergie et permet de réduire la pollution dans une proportion pouvant atteindre 90 %.

La sensibilisation à l’impression écologique reste faible en Chine, car moins de 10 % des entreprises de l’industrie textile ont adopté l’impression à jet d’encre numérique. À titre de comparaison, l’impression numérique est généralisée en Europe. Les fournisseurs chinois de solutions numériques se tournent donc vers l’Europe, qui représente un marché potentiellement très lucratif. Une société domiciliée dans l’est de la Chine a mis au point un procédé d’impression peu consommateur d’eau, qui ne rejette pas de substances chimiques dangereuses. Les imprimantes numériques devraient poursuivre rapidement leur expansion sur le marché, en particulier dans l’industrie textile et le secteur du design.

Quand synthétique rime avec écologique

Dans le passé; seule la couleur du gazon synthétique pouvait prétendre être verte. Le niveau des émissions de carbone liées à la production, le traitement des eaux usées, la capacité moindre d’absorption des eaux souterraines et les dommages causés par les insectes et les vers de terre suscitent encore des préoccupations.

Or, le gazon synthétique verdit, pour ainsi dire, parce que les produits sont de plus en plus recyclables (et de plus en plus fabriqués à l’aide de matières recyclées) et la demande est en plein essor depuis quelques années, en particulier dans les régions pauvres en eau comme le Moyen-Orient, où la conservation est vitale.

Cela crée des occasions d’affaires pour les fabricants chinois de gazon synthétique tels que Cocreation Grass, Bellinturf et All Victory Grass, qui peuvent respecter la réglementation relative à la composition chimique et au traitement de la poussière, des eaux d’égout et des déchets solides. Ainsi, une entreprise vend la vapeur provenant de ses installations de production à un producteur alimentaire des environs pour augmenter son efficacité énergétique; cela améliore également le drainage et la réutilisabilité de ses produits.

Potentiel de croissance

Les exemples sont légion. Les panneaux solaires représentent un autre domaine dans lequel la Chine affirme sa prééminence en tant que pays exportateur à l’échelle mondiale. Bien que la sensibilisation à l’environnement et la demande de nombreux types de produits écologiques soient à la traîne sur le marché intérieur chinois, les véhicules électriques (VÉ) font exception : les subventions gouvernementales stimulent l’essor de la demande des consommateurs. La Chine a enregistré 51 % des ventes mondiales de VÉ neufs au cours des trois premiers trimestres, comparativement à 41 % en 2020. 

Malgré l’importance croissante accordée à l’innovation dans la fabrication de produits d’exportation plus respectueux de l’environnement, nous nous attendons à ce que les entreprises chinoises qui cherchent à réduire les émissions de carbone provenant de leurs propres activités de fabrication augmentent. Cela donne à penser que les perspectives de croissance pour le marché intérieur des produits écologiques sont énormes vu qu’une proportion grandissante des consommateurs chinois commencent à tenir compte des répercussions de leurs achats en contexte de transition vers la carboneutralité. 

Par ailleurs, il est de plus en plus évident que, grâce à la hausse de la demande mondiale, les exportateurs chinois détiennent une part de marché suffisante dans un éventail de catégories de produits pertinentes pour que les exportations globales de la Chine se parent de nuances de vert plus éclatantes.

Contacter votre équipe

Content is loading, please wait