Aller au contenu

Les prix des marchandises augmentent rapidement, mais les devises des marchés émergents prennent du retard

L’incertitude politique qui règne au sein de nombreuses économies en développement exportatrices de ressources a rompu la corrélation étroite entre les prix des marchandises et le rendement des devises des marchés émergents.

Par Marton Huebler, gestionnaire de portefeuille, Titres à revenu fixe

Première publication : juillet 2021

 

En général, les prix des marchandises évoluent en parallèle avec le rendement des devises des marchés émergents. De nombreux marchés émergents sont d’importants exportateurs de métaux, de pétrole et de gaz, et de produits agricoles, ce qui signifie qu’une forte demande de marchandises stimule les prix à l’exportation et les devises de ces pays. Cette année toutefois, la corrélation entre les prix des marchandises et les devises des marchés émergents a été mise à l’épreuve.

 

Les prix des marchandises augmentent rapidement, mais les devises des marchés émergents prennent du retard

Line graph showing emerging market currency return index and commodity price index from 2016 to mid-2021. Commodity price index soars as emerging market currency return index sees a gentle increase.

Bloomberg, Fidelity International, juillet 2021. Indice JP Morgan Emerging Market Currency et indice Refinitiv/CoreCommodity. 

Par le passé, l’appréciation du dollar et une inflation plus élevée dans les pays en développement auraient pu expliquer l’écart qui s’est creusé entre les prix des marchandises et le rendement des devises des marchés émergents. Mais de manière générale, le dollar a été stable ou a cédé du terrain par rapport aux autres devises cette année, tandis que l’accélération de l’inflation dans les marchés émergents a été égalée par des hausses de prix comparables aux États-Unis. 

Un manque de « portage », c’est-à-dire l’avantage que les investisseurs tirent à emprunter dans une devise pour investir dans une autre devise dont le rendement est plus élevé, pourrait également expliquer cet écart, particulièrement après que de nombreuses économies en développement ont procédé à des réductions de taux d’intérêt urgentes en 2020. Mais cet argument ne tient plus la route, puisque plusieurs pays, notamment le Brésil et la Turquie, ont fortement relevé leurs taux d’intérêt cette année.

L’incertitude politique et économique exerce des pressions sur les devises des marchés émergents

La faiblesse du rendement des devises des marchés émergents est plus probablement attribuable aux difficultés politiques et économiques dans plusieurs économies en développement. Ainsi, la Turquie a dû composer avec une crise au sein de sa banque centrale et un manque de revenus touristiques, et la Russie a fait face à la condamnation internationale après l’arrestation du chef de l’opposition Alexei Navalny. Pendant ce temps, le Pérou a été plongé dans l’incertitude après le résultat contesté et serré des élections présidentielles, tandis que le Brésil et la Colombie doivent gérer des problèmes de politique budgétaire. Ce contexte a eu pour effet d’amoindrir l’appétit des investisseurs pour les devises des marchés émergents. 

Nous faisons preuve de prudence, mais nous sommes optimistes que le rendement des devises des marchés émergents commencera à rattraper les prix des marchandises. À long terme, la forte demande de marchandises devrait faire pencher la balance commerciale et contribuer à prévenir la dépréciation de la monnaie. Il est toutefois peu probable que les difficultés politiques et économiques disparaissent du jour au lendemain. Cela signifie que les devises qui bénéficient actuellement d’un meilleur portage, notamment la livre égyptienne, le cedi ghanéen et la lire turque, pourraient contribuer à aplanir les difficultés susceptibles de s’élever à l’horizon lorsque l’incertitude commencera à se dissiper. 

Contacter votre équipe

Content is loading, please wait